Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2017

POURQUOI ?

« Pourquoi ?

Pourquoi cette fausseté

dans les rapports humains ?

Pourquoi le mépris ?

Pourquoi le dédain ?

Où est Dieu ? Que fait la police ?

Quand est-ce qu'on mange ? »

 

Introduction du livre de Pierre DESPROGES,
Encore des nouilles (Chroniques culinaires),
illustrations par Cabu, Catherine, Charb, Luz,
Riss, Tignous et Wolinski.
© Éditions Les Échappés, 2014.

Les lectures de Roberte Roberte.

29/01/2017

VERTIGE

"La crise consiste justement dans le fait que l'ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître."

 

Gramsci, cité dans
"La septième fonction du langage"
"Qui a tué Roland Barthes", roman,
Laurent Binet, Grasset, 2015, p. 240.

Les lectures de Roberte Roberte.

(Rediffusion).

 

12:17 Publié dans Lecture, Politique | Lien permanent

26/01/2017

VOYAGES

« […] un motel qui s’appelait autrefois Journeys End. J’imagine qu’ils pensaient à la citation « Journeys end in lovers meeting »* – Les voyages se terminent sur les retrouvailles des amants – , mais il est difficile d’imaginer que tout le monde saisisse la référence et peut-être certains auraient-ils interprété ce début de phrase de manière trop sinistre : les voyages se terminent, c’est une construction tout en entrées mais sans sorties qui pue les anévrismes et les thromboses sans oublier ni les flacons de somnifères vides ni les blessures de pistolet à la tête. À présent, ça s’appelle juste Journeys, « Voyages ». Que c’est sage d’avoir changé ! C’est beaucoup moins définitif, beaucoup moins irrémédiable. Il vaut tellement mieux voyager qu’arriver. » 

Margaret Atwood, Le tueur aveugle,
10/18, « domaine étranger », 2003,
p. 376.

*in Twelfth Night, Shakespeare.

 

Les lectures de Roberte Roberte.

08:25 Publié dans Blog, Lecture | Lien permanent