Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2018

D'ABORD et PUIS...

« Une fille et un garçon
Au ruisseau comme en forêt,
D'abord ils sont jeunes ensemble
Puis ensemble ils sont vieux.
Dehors il y a les années
Et ce qu'on appelle la vie,
Dedans habite l'ensemble,
Ignorant la vie et les ans. »

 

Hannah Arendt, "Journal de pensée", août 1954, §30, p. 685.
Cité par Laure Adler, in "Dans les pas de Hannah Arendt",
éd. Gallimard, septembre 2005, p. 370.

Les lectures de Roberte Roberte.

10:17 Publié dans Blog, Lecture | Lien permanent

12/10/2018

COMME UNE POÉSIE

"Le Cabinet des lettrés

Ceux qui aiment ardemment les livres constituent sans qu'ils le sachent une société secrète. Le plaisir de la lecture, la curiosité de tout et une médisance sans âge les rassemblent.
Leurs choix ne correspondent jamais à ceux des marchands, des professeurs ni des académies. Ils ne respectent pas le goût des autres et vont se loger plutôt dans les interstices et les replis, la solitude, les oublis, les confins du temps, les moeurs passionnées, les zones d'ombre.
Ils forment à eux seuls une bibliothèque de vies brèves. Ils s'entrelisent dans le silence, à la lueur des chandelles, dans le recoin de leur bibliothèque tandis que la classe des guerriers s'entre-tue avec fracas et que celle des marchands s'entre-dévore en criaillant dans la lumière tombant à plomb sur les places des bourgs."

 

Épilogue de tous les ouvrages édités par "Le Promeneur",
Le Cabinet des Lettrés, Gallimard.
Recueilli cette fois dans "Louise Bourgeois - Moi, Eugénie Grandet",
Précédé d'un essai de Jean Frémon, octobre 2010.

 Les lectures de Roberte Roberte. (Rediffusion.)

11:50 Publié dans Art, Blog, Lecture | Lien permanent

11/10/2018

DU FLÉAU DE LA BALANCE ?

balance.JPG

Extrait de la couverture du Monde/l'époque,
n° 22935, daté des 7 et 8 octobre 2018.

L'article qui suit, de Nicolas Santolaria est à méditer.
Il débute ainsi :

« Dénoncez qui vous voudrez
Cela commençait bien avec #balance ton porc en 2017. Mais, depuis, une multitude de hashtags délateurs ont proliféré sur les réseaux. Agrégeant toutes sortes de causes, du racisme au malaise hospitalier en passant par le voisin malpoli ou le retard du RER B. »

 

J'en extrais deux remarques de Romain Badouard, chercheur en sciences de la communication, auteur de Désenchantement de l'Internet (FYP éditions, 2017) qui me semblent des plus pertinentes :


"Avec le recours aux hashtags sur Twitter, on est moins face à un vrai débat public qu'en présence d'une bataille rangée entre camps irréconciliables. Chacun tente de gagner la guerre de la visibilité en ayant recours si besoin à l'intimidation et au harcèlement. Ces méthodes, qui étaient jusqu'alors celles de l'extrême droite, sont aujourd'hui employées par des individus qui se vivent comme progressistes."*

"À force, ce climat d'indignation généralisée peut s'avérer contre-productif. Cela risque même de générer de l'indifférence, du détachement."

 

Les lectures de Roberte Roberte.
*C'est moi qui souligne.

10:48 Publié dans Blog, Internet, Lecture, Presse | Lien permanent