Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2019

BONNE FÊTE, MAMAN

Unknown.jpg

empruntée au Web, désignée sous "Unknown".

21/05/2019

PURS ESPRITS

« Reconnaître leur existence celle (des enfants de prêtres) pourrait en effet remettre en cause le célibat des prêtres. Cette règle, que l'Église catholique romaine est la seule religion au monde à appliquer, a été instaurée au Moyen Age pour éviter la dispersion des biens du clergé lors de l'héritage. »

in Le Monde, n° 23126, 19-20 mai 2019, p. 8.
"Enfants de prêtres :
le geste d'ouverture de l'Église".

Les lectures de Roberte Roberte.

19:48 Publié dans Blog, Presse, Religion | Lien permanent

17/04/2019

NOTRE-DAME DE PARIS

Chacun(e) exprime tristesse et stupéfaction ; la remarque la plus entendue hier : "Jamais je n'aurais pensé qu'il pourrait arriver quelque chose à Notre-Dame de Paris."
Je n'ai pas envie d'y aller voir. Je me souviens que j'ai fredonné cette chanson d'Anne Sylvestre aussi souvent que m'orientait là ma promenade :

 

« Ô bâtisseurs de cathédrales
D'il y a tellement d'années
Tu créais avec des étoiles
Des vitraux hallucinés

Flammes vives, tes ogives
S'envolaient au ciel léger
Et j'écoute
Sous tes voûtes
l'écho de pas inchangés

Mais toujours à tes côtés
Un gars à la tête un peu folle
N'arrêtait pas de chanter
en jouant sur sa mandole

Sans le chant des troubadours
N'aurions point de cathédrales
Dans leurs cryptes
Sur leurs dalles
On l'entend sonner toujours

Combien de fous, combien de sages
Ont donné leur sang, leur coeur
Pour élever devers les nuages
Une maison de splendeur ?

Dans la pierre
Leurs prières
Comme autant de mains levées
Ont fait chapelle plus belle
Que l'on ait jamais rêvée

Le jongleur à deux genoux
A bercé de sa complainte
Les gisants à l'air très doux
Une épée dans leurs mains jointes

Sans le chant des troubadours
N'aurions point de cathédrales
Dans leurs cryptes
Sur leurs dalles
On l'entend sonner toujours

Toi qui jonglais avec les étoiles
Ô bâtisseur de beauté
Ô bâtisseur de cathédrales,
Oh puissions-nous t'imiter !

Mille roses sont écloses
Au coeur des plus beaux vitraux
Mille encore vont éclore
Si nous ne tardons pas trop

Et si nous avions perdu
Nos jongleurs et nos poètes
D'autres nous seraient rendus
Rien qu'en élevant la tête

Sans le chant des troubadours
N'aurions point de cathédrales
Dans leurs cryptes
Sur leurs dalles
On l'entend sonner toujours »

© Anne Sylvestre,
Les Cathédrales, 1960.

Roberte Roberte.

11:51 Publié dans Art, Blog, Religion | Lien permanent