Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2016

LA FEMME INTERROMPUE ?

Soir de fête. Il y a du bruit joyeux partout. La femme seule dit :

« Salauds ils me déchirent les tympans et je n’ai plus de boules Quiès les deux dernières coincent le timbre du téléphone elles sont complètement dégueux et j’aime encore mieux avoir les oreilles cassées que d’entendre que le téléphone ne sonne pas. »

Imaginez, vous êtes au théâtre. Vous avez une quinte de toux interminable et plus l’angoisse de déranger vous taraude, et plus vous toussez. Il arrive aussi que vous écrasiez un pet et personne ne vous verra rougir. Certains, épuisés par leur journée, s’endorment et ronflotent : un léger coup de coude dans les côtes administré par un voisin agacé règlera le problème. Les manifestations du corps sont parfois difficiles à gérer : on ne peut pas toujours les arrêter, comme on éteindrait un téléphone portable, par exemple.

Il semble, que dans le public, certains redoutent aussi « d’entendre que le téléphone ne sonne pas ». « N’oubliez pas d’éteindre vos portables », recommandation faite au début du spectacle. Les gens sourient d’un air entendu. Et pourtant, en un peu plus d’une heure, ce 13 décembre, j’ai compté sept sonneries, dont trois provenant du même téléphone, à quelques rangs devant moi, ce qui signifie que l’heureux possesseur de l’objet n’avait nullement l’intention de baisser le son ou carrément d’y mettre fin.

Sur scène, La femme rompue* ne se laissa pas interrompre. Suite à une sonnerie ou quelque chose qui y ressemble, elle a dit « merde ». Le public a applaudi. En fait, ce merde est bien dans le texte.

Balasko dit qu’en raison de l’éclairage « elle ne distingue pas le public ». Reste à espérer qu’elle ne l’entende pas.

Ceci dit, allez-y, le texte est tout à fait étonnant et la performance de la comédienne implacable. Si vous avez un voisin ou une voisine qui n’a pas éteint son portable, n’hésitez pas à vous saisir (tranquillement) de la chose et à l’écraser avec vos grosses chaussures d’hiver.

© Roberte Roberte.

*La femme rompue
de Simone de Beauvoir.
Mise en scène Hélène Fillières.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris.
Jusqu'au 31 décembre 2016.

 

13/04/2016

AVENIR (L')

"Je suis trop vieille pour la radicalité".

Sauf erreur de ma part, c'est ce que dit l'héroïne du film "L'Avenir" au jeune homme. Aussi bien, Je suis trop vieille pour... serait le début d'une énumération après un constat lucide (et mélancolique).

Un conseil aux vieilles peaux qui se hasardent sur ce blog, allez voir ce film* où d'une manière ou d'une autre, vous vous retrouverez : parfois, cela fait du bien.

 

*de Mia Hansen-Love, 2016.

Les conseils de Roberte Roberte.

 

26/02/2016

SORTEZ !

Ne vous résignez pas.jpg

Allez voir "Merci patron !" de François Ruffin.
Un film qui vous délivrera de la dépression ambiante.

© photo Anna Livia, Paris 18e, 25 février 2016.