Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2019

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT...

« […] Olivier Pascal-Moussellard :
Selon le gouvernement, il faut réformer pour simplifier, mais aussi pour combler un gouffre financier...

Éric Heyer, économiste :
Cet argument n'est pas tout à fait honnête. Il prend pour référence les conclusions du COR – Conseil d'orientation des retraites – qui affirme qu'à l'horizon 2025 il y aurait entre 7 et 14 milliards d'euros de déficit. D'une part, ceci n'est pas un gouffre. D'autre part, ce déficit n'est pas lié pour l'essentiel à l'augmentation des dépenses de retraite mais au fait que les recettes... baissent ! Et si elles baissent, c'est parce que l'État a pris des décisions cavalières en défiscalisant les heures supplémentaires, longtemps sujettes aux cotisations retraite. L'État aurait dû compenser le manque à gagner, il ne l'a pas fait. En outre, la masse salariale des fonctionnaires progresse moins vite que prévu, car le gouvernement a gelé le point de la fonction publique et n'a pas remplacé les nombreux départs dans ce secteur – il y a donc moins de recettes à la clef. En réduisant son propre déficit, l'État a aggravé celui des caisses de retraite... » […]

Extrait de
"TOUCHE PAS À MON MODÈLE SOCIAL !"
Propos recueillis
par Olivier Pascal-Moussellard,
in Télérama, n° 3648,
du 14 au 20 décembre 2019, p. 28.

Les lectures de Roberte Roberte.

12:46 Publié dans Blog, Lecture, Presse | Lien permanent

Écrire un commentaire