Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2018

LA VOIX HUMAINE

wagon3.jpg

Projection (naturelle) de boue sur paroi extérieure de wagon.

© photo Anna Livia, Paris-Magenta, 1er juin 2018.

 

Sûrement, on n'avait rien compris. On pensait que la grève sur la Ligne RER E commençait le 1er juin au soir. Ce jour-là, nous sommes arrivés à la gare de Magenta vers 13 heures. D'abord, panique dans l'électronique : distributeurs de billets et affichage des horaires de trains, en panne. Guichet "humain" clos. On court Gare du Nord, interminables files d'attente et enfin, on obtient les tickets. Mais on a raté le train. Pas exactement, parce que ce train-là, annoncé le matin-même dans Internet, n'existe plus. On attend le prochain. Incroyable résignation des voyageurs plus vautrés qu'assis sur les bancs durs du quai. Les médiateurs, vêtus partiellement de rouge, Mères et Pères Noël providentiels, renseignent comme ils peuvent, parfaitement zen et polis. Une voix venue du Ciel qui exceptionnellement ne crache pas, ne bredouille pas (une voix audible), indique les rares passages de trains, les nombreux changements de quai. Après une heure d'attente : LE voilà. On monte dedans mais il faut redescendre car... notre train est en panne. Alors, on attend encore une demi-heure.
Grève, conditions climatiques difficiles ? Va savoir !

© Anna Livia.

Écrire un commentaire