Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2017

VOUS PRENDREZ BIEN UN PEU D'ESPOIR ?

« Au moment où je sors du parking de la place Francheville et me dirige à pied vers les Archives […] je passe près de deux SDF assis par terre en très piteux état, sales, croûteux et décharnés, l’un est pieds nus, l’autre s’est pissé dessus – une femme d’une quarantaine d’années, en blouson rose, est penchée vers eux, leur tend quelque chose, je ralentis, je m’arrête même malgré moi. Je n’aime pas dire que « le monde est devenu fou », mais parfois, quelques psychotropes ne lui feraient pas de mal, ou deux baffes. Cette femme leur offre deux tickets de jeux à gratter, des Cash, à 5 euros pièce. D’un côté, c’est vrai, ils ont une chance infime de gagner 20 euros, ou 200, elle sera peut-être leur bonne fée ; de l’autre, elle dépense 10 euros pour leur donner 10 euros inutilisables, ils doivent enrager (mais ne peuvent rien dire) : c’est deux gros sandwiches, trente clopes ou trois litres de pinard au Carrefour Market du coin, elle n’aurait pas pu éviter le détour par le tabac ? Ils auraient même préféré juste 2 euros, des vrais – mais non, il faut jouer, tout le monde aime le jeu, ça pimente la vie qui est si terne et ennuyeuse, c’est excitant ! Vous n’aimez pas ? Moi j’adore, c’est mon petit plaisir ! Et quoi de plus beau que l’espoir ? »

 

 Philippe Jaenada, La serpe,
Éditions Julliard, 2017, p. 387.

Les lectures de Roberte Roberte.

 

10:50 Publié dans Blog, Lecture | Lien permanent

Écrire un commentaire