Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2017

TASSEKURT

« Elle a cette beauté fanée des grosses fleurs, qui paraissent être au summum de leur déploiement chatoyant quand déjà un simple effleurement suffirait à en détacher tous les pétales. De son corps, des plis de son cou – comme de toute sa maison – monte le parfum doux et poussiéreux du vieillissement et elle dégage l’érotisme trouble du monument sur le point de devenir ruines. Ses cheveux d’un blond-gris sont noués derrière sa tête en un chignon compliqué et volumineux qui rappelle un peu à Naïma les coiffures de Oum Kalthoum sur les vinyles de ses parents. »

Alice Zeniter, L’Art de perdre,
Éditions Flammarion, août 2017, p. 463.

 

Les lectures de Roberte Roberte : un livre que vous ne quittez pas avant de l'avoir terminé et qui ne vous quitte pas ensuite.

09:49 Publié dans Blog, Lecture, Vieilles peaux | Lien permanent

Écrire un commentaire