Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2016

LES ILLUSIONS PERDUES

Certains dorment sous des tentes. D'autres non. Des matelas et des couvertures jonchent le sol. Au-dessus passe le métro. Autour, tôt le matin, les voitures qui vont quelque part, forment des embouteillages bruyants et puants. Les poubelles débordent. Les pigeons contents, squattent. On est à Paris, en octobre 2016.

© Roberte Roberte.

09:58 Publié dans Blog, Où se pose le regard | Lien permanent

Écrire un commentaire