Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2019

CONSIDÉRATIONS MORALES

« Il n'est de passion plus forte dans le coeur de l'homme que le désir de contraindre les autres à croire de la même manière que lui-même. Il n'est rien qui s'attaque autant à la racine même de son bonheur et l'emplisse plus de rage que le sentiment qu'un autre prise fort peu ce dont il fait grand cas. Whigs et tories, Parti libéral et Parti travailliste – pour quoi luttent-ils sinon pour leur propre prestige? Ce n'est pas l'amour de la vérité mais le désir de dominer qui oppose un quartier à un autre et fait qu'une paroisse souhaite la chute d'une autre paroisse. Chacun recherche la paix de l'esprit et la soumission plutôt que le triomphe de la vérité et l'exaltation de la vertu – mais ces considérations morales appartiennent à l'historien et doivent lui être laissées, puisqu'elles sont ennuyeuses comme la pluie. »

Virginia Woolf, Orlando, Chap. I, 
Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade,
Oeuvres romanesques, II, p. 287.

Les lectures de Roberte Roberte.

 

10:42 Publié dans Blog, Lecture | Lien permanent

30/08/2019

DE PAPIER

perec.JPG

© photo Anna Livia, Paris 19e, 25 août 2019.

29/08/2019

VIEUX

[…] Mais l'homme sage ne se préoccupe pas de l'inévitable. J'accepterais le risque de l'immortalité si on me l'offrait, mais je ne me soucie pas de ma mort, impossible d'y échapper. En vieillissant, on est obligé d'y penser un peu plus car elle s'approche, jour après jour. Il arrive un moment où vous constatez que les gens sont surpris de vous voir encore vivant, où vous savez que si vous plantez un arbre dans votre jardin, vous ne vivrez pas assez longtemps pour vous abriter sous ses branches. Ou que si vous achetez une bouteille de bordeaux avec l'intention de la laisser vieillir dans une cave, vous mourrez avant qu'elle ne soit buvable. J'ai atteint cette étape où la formule "je ne serai pas là pour le voir" n'est pas vide de sens, on sait que c'est après-demain. […]

 

Leonard Woolf,
Ma vie avec Virginia,
Éd. Les Belles Lettres, 2017,p. 134.

Les lectures de Roberte Roberte.

10:21 Publié dans Blog, Lecture, Vieilles peaux | Lien permanent